Rechercher

Bien identifier le Sureau noir - Sambucus nigra

Les fleurs et les fruits cuits du sureau noir sont comestibles et permettent de réaliser de nombreuses recettes délicieuses et originales. Ils ont aussi des propriétés médicinales très intéressantes. Avant de vous lancer dans sa cueillette, il est indispensable de savoir identifier l’espèce avec certitude. Voici donc tout ce que vous devez savoir pour bien identifier le sureau noir.


Sureau noir (Sambucus nigra)

Le sureau noir (Sambucus nigra) est un ligneux qui mesure rarement plus de 7 mètres. Ses rameaux sont remplis de moëlle (il y a souvent de petites branches mortes que l’on peut casser pour vérifier). L'écorce des arbres âgés est de couleur gris brun et souvent crevassée. Les jeunes rameaux sont couverts de lenticelles, qui ressemblent à de petites verrues.



Les feuilles sont opposées et composées, comportant généralement de 5 à 7, plus rarement 9, folioles ovales et dentées. Au froissement l’odeur est assez désagréable.



L’inflorescence est une corymbe (ressemble à une ombelle de loin, mais les pédoncules ne partent pas tous du même point). Les fleurs sont de couleur blanc crème, parfois jaunâtre et dégagent une odeur fruitée exotique, très suave et entêtante, évoquant pour certains le parfum du Litchi.


Les fruits du sureau noir que l’on appelle à tort baies sont en fait de petites drupes (voir l’article sur la ronce). Ils sont d’abord verts, virant au rouges, pour finir noirs violacés à complète maturité. Ils sont très juteux.



Le principal risque de confusion problématique lors de l’identification du sureau noir est avec le sureau yèble -s’écrit aussi hièble- (Sambucus ebulus). Toutes les parties de ce dernier sont considérées comme toxiques et peuvent provoquer des troubles digestifs importants. On évitera donc d'utiliser fleurs ou fruits de sureau yèble.


Sureau yèble (Sambucus ebulus)

Heureusement, il est aisé de distinguer les deux espèces grâce aux critères suivants :

*anthères : sacs à pollen situés au sommet des étamines (fleur)


Les usages culinaires et médicinaux du sureau noir seront abordés lors d'un prochain post, car il y a vraiment matière ;)


En attendant retrouvez la recette du coulis de sureau noir dans l'article sur le brownie à la mûre.



Pour en découvrir davantage sur les plantes sauvages comestibles rendez-vous lors d'un stage. A vos paniers !